Retour Page Précédente
Retour Page Précédente

L'Ordre de Malte

L'Ordre de Malte, ainsi désigné depuis le transfert de son chef en cette île, portait le vocable officiel : "Ordre de Saint Jean de Jérusalem". Outre sa propre donation, il avait recueilli, après la suppression de l'Ordre des Templiers, les biens de celui-ci.

 

Deux partis se partageaient le département de la Drôme : 

  • Celui de l'Auvergne, régi au dernier siècle par le prieuré Saint Georges de Lyon, s'étendant jusqu'à l'Isère (les commanderies de Lachal, Saint-Paul-les-Romans, Monteux, en dépendaient). 

 

  • Celui de Provence, régi par le grand prieuré de Saint Gilles et qui avait son siège à Arles. Les commanderies de Valence, Saint-Vincent, Valdrôme, Poët-Laval, Lachau, en faisaient partie.

 

Les chevaliers de Malte établirent de nombreuses commanderies qui servaient de gîte, de lieu de protection ou de soins, soit aux habitants voisins, soit aux voyageurs, soit aux pèlerins. En principe. il y en avait tous les 30 à 40 km environ.

 

Dans notre région, il y en avait à :

Saint-Paul-les-Romans,

Venterol,

Cristalot (commune de Beauregard),

Saint-Laurent-en-Royans,

Saint-Jean-de-Terrone (commune de Clansayes),

Saint-Paul-Trois-Châteaux,

Poët-Laval, Lachau, Valdrôme,

Lachal (commune d'Epinouze), etc…  

 

Les chevaliers étaient répartis en trois classes :

  • les soldats

  • les hospitaliers

  • les religieux  

 

Ceux de Saint-Vincent, d'abord hospitaliers, furent transformés en gendarmes par la suite. La Commanderie de Saint-Vincent date de 1214. Elle a été construite sur les ruines d'un ancien château féodal. Elle dépendait de Poët-Laval mais, vu son importance (elle possédait de vastes propriétés à Marches, Barbières, Hostun, Beauregard, Meymans) elle devint en 1269 membre de celle de Valence : Commanderie Falcon de Villaret.

 

Mais la commanderie de Valence (dont l'emplacement était sur l'ancien polygone) fut entièrement détruite. Son chef-lieu fut en fait transféré à Saint-Vincent-de-Charpey.

(Preceptoria Sancti Viventi propre et extra muros civitates Valuntu 1315, Archives de la Drôme, fonds de la Commanderie).

 

Dès lors, le domaine de la Commanderie de Saint-Vincent fut très étendu de l'Abbaye (sur Valence), de la Ruelle (à Chabeuil) , de Barry (à Saint-Marcel) de la Bayanne (forêt d'Alixan et de Châteauneuf-sur-Isère), préceptorie de Fiancayes (entre Chatuzange et Marches), héritage du temple de Crozon (avec son moulin et sa ferme) et diverses annexes dans le Royannais

 

En 1767, le revenu total de la commanderie s'élevait à 18.035 livres et les charges ordinaires à 3.966, non compris 51.876 livres dépensées en 20 ans en améliorations de toutes sortes.

 

N.B. La livre, avant la loi du 18 Germinal an III valait 0,9876 de notre monnaie avant 1926.

 

En 1577, des troubles ayant éclaté, une horde d'insurgés venant de Châteaudouble vint cerner et assiéger le village de Saint-Vincent. L'armée, insuffisante, cantonnée à Chabeuil, ne put l'empêcher. Le village, où des combats sanglants se livrèrent, fut dévasté, rasé, ainsi que sa Commanderie (quelques parcelles de terrains portent encore le nom de "champ du sang").

 

L'année suivante, des temps meilleurs s'étant produits, le calme revint. La Commanderie fut reconstruite en 1610 par le Commandeur Jean-Pierre de Buinat. Il fit élever, sur les décombres du château, un bâtiment simple, mais de forme et de caractère analogue au précédent. C'est le bâtiment actuel. 

 

 Jusqu'à la Révolution française, plusieurs commandeurs de Malte se succédèrent (voir la liste ci-jointe)

 

A la révolution, la Commanderie, devenue bien national, fut vendue à des particuliers. Elle fut remise en état (surtout l'intérieur en 1927). Sont considérés comme étant de l'époque : les plafonds à la française, les cheminées, dont une porte la Croix de Malte en partie effacée lors de la Révolution, l'escalier de l'ancienne cure et les murs dont certains ont une épaisseur d'un mètre. Ceux-ci, fort épais sont composés de deux murs entre lesquels il y a des gravats. Elle reste au milieu de notre village si paisible, le vestige d'un passé bien tourmenté. 

 

Sources : Archives Echo de St Vincent

 

Liste des Commandeurs de St Vincent

Please reload

 

T: 04-75-59-82-04

F: 04-75-59-43-49 

  • Wix Facebook page

© 2014 by

Commission Communication du conseil Municipal élu en 2014  with Wix.com

 

CLIC POUR PLAN DU SITE