Retour Page Précédente

Histoire de St Vincent la Commanderie

Notre village existait déjà en 1240 puisque, dans un cartulaire de cette date, (Romans 304) il est fait mention de la Commanderie de Saint-Vincent (Parrochia et domus Sancti Vencenti de Charpey), le 1er commandeur étant Pierre Guitard, précepteur de l'hôpital de Saint-Vincent.

 

L'église de cette commanderie fut détruite lors des guerres de religion. Saint-Vincent fut le fief des Comtes du Valentinois qui l'inféodèrent à l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem

 

Un événement grave est signalé dans un document (daté du 26/2/1670) intitulé "mémoire de ceux qui ont été mordus par un loup", dû à un auteur anonyme.

 

Avant 1790, Saint-Vincent était une paroisse du diocèse de Valence et de la communauté de Charpey, dont l'église était celle d'une Commanderie de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem vers la fin du XVI ème siècle et dont le titulaire, qui avait les dîmes de cette paroisse, était, en outre, seigneur temporel de Saint-Vincent, fief des Comtes du Valentinois.

 

Le territoire de l'actuelle commune de Saint-Vincent-la-Commanderie formait autrefois la paroisse de Saint-Vincent qui, primitivement, dépendait de la commanderie de Poët-Laval, ordre de Saint-Jean-de-Jérusalem puis de Malte. son importance, et plus encore l'humeur tracassière des seigneurs de Charpey, valurent à Saint-Vincent d'être élevé en siège d'une nouvelle commanderie en 1241, qui, plus tard, devint membre de celle de Valence. Un commandeur réside à Saint-Vincent, exerçant sur les terres de la paroisse l'autorité seigneuriale avec juridiction tant en matière civile que criminelle sur les habitants.

 

Les commandeurs eurent de nombreux différents avec le comte du Valentinois Aymar de Poitiers, qui leur contesta la plupart de leurs avantages, voulant notamment lever des tailles à Saint-Vincent et y agir en suzerain haut-justicier. Ces difficultés furent résolues par quelques accords, ceux de 1269 et de 1308 en particulier, dont les principales dispositions stipulaient que les hommes de Saint-Vincent devaient contribuer à l'entretien des remparts de Charpey, moyennant quoi la juridiction criminelle et le droit de lever des impôts restaient à l'ordre de Malte.

 

Un village s'était formé peu à peu autour de la Commanderie après son érection en 1241, doté bientôt d'une église desservie par un religieux de l'Ordre ou par un prêtre séculier.

 

En 1578 le village de Saint-Vincent tomba au pouvoir des protestants et le château de Saint-Vincent fut emporté, dévasté et abattu. Une nouvelle commanderie fut élevée peu après sous la direction du frère Jean-Pierre de RUINAT, sur les décombres de celle qui avait été abattue par les protestants, c'était un bâtiment d'un style simple mais, d'après les termes d'une notice de l'abbé VINCENT en 1856, "relevant dans ses proportions et sa forme ce caractère de grandeur qui devait témoigner du rang social de ses habitants."

 

Vers 1681, le commandeur de Malte qui s'ennuyait à Saint-Vincent, abandonna sa résidence pour celle de Valence, préférant une vie de société plus brillante. La commanderie fut démantelée à la révolution mais, sauf erreur, c'est toujours le bâtiment du XVII ème siècle remis en état qui abrite aujourd'hui la nouvelle mairie de Saint-Vincent-la-Commanderie.

 

Dès 1870, les habitants de la section de Saint-Vincent avaient présenté une demande de détachement, mais seul le hameau de Bésayes, qui dépendait également de Charpey, avait été autorisé cette année là à former une commune distincte. En 18951896 eut lieu une nouvelle démarche infructueuse, reprise en 1950, et ce n'est qu'après le dernier recensement de 1954, qui établissait que la population de Saint-Vincent avait dépassé d'une unité les 300 habitants réglementaires, que cette section put devenir indépendante. 

 

Les habitants de Saint-Vincent demandèrent la dénomination "Saint-Vincent-sur-Boisse", d'après le nom du ruisseau qui traverse la commune ; mon prédécesseur, Monsieur de FONT-REAULX, avait proposé : "Saint-Vincent-de-Charpey", le ruisseau de la Boisse étant trop peu connu.

 

 

XII ème siècle Saint-Vincent fut démembré de Charpey

1210 Parrochia et Donus Sancti Vicenti de Charpey

1381 Villa Sancti Vincentii prope Charpeyum

XV ème siècle Prioratus Sancti Vicenti prope Charpeyum 

 

 

Sources archives Echos de St Vincent.

 

Retour Page Précédente

 

T: 04-75-59-82-04

F: 04-75-59-43-49 

© 2014 by

Commission Communication du conseil Municipal élu en 2014  with Wix.com

 

CLIC POUR PLAN DU SITE

  • Wix Facebook page
  • Wix Twitter page
  • Wix Google+ page